| Vêtements Mandala

Le retour aux études : est-ce pour toutes?

Un retour aux études avec une condition de santé peu évidente comme le diabète, est-ce possible? Oui! Et c’est ce dont je suis le plus fière depuis quelque temps; un projet qui se concrétise tout doucement. Voici un petit résumé de mon parcours.

Parlons un peu de moi

Je suis une jeune enseignante d’éducation physique de 38 ans, j’ai plusieurs projets et ambitions dans la vie, mais ma condition de santé m’oblige à faire de nombreux compromis. Le diabète de type 1 (juvénile ou insulinodépendant) s’est déclaré chez moi en 1991. J’ai été, pendant de nombreuses années, à cinq injections d’insuline par jour. Depuis cinq ans, je suis sous pompe à insuline – ce qui a d’ailleurs changé ma vie!

J’ai un diabète que l’on pourrait qualifier de labile, c’est-à-dire difficile à contrôler. De plus, je vis depuis deux ans avec le syndrome du côlon irritable et avec des migraines qu’on pourrait qualifier de… costaudes! Je dois donc surveiller étroitement ma glycémie ainsi que mon alimentation. Depuis cinq ans, j’ai subi de nombreuses opérations qui m’ont aidé pour mon diabète et, par le fait même, pour mieux profiter de la vie en général; opération des cataractes, hystérectomie. Mes amies proches disent que je suis une battante et une personne courageuse! J’aime la vie malgré les défis qu’elle m’apporte et j’essaie de rester forte et de prendre ce qu’elle me donne de positif!

Depuis deux ans, je travaille quatre jours par semaine, car ma santé ne me permet pas d’en faire plus. Je suis très choyée au travail, car j’ai un protocole d’intervention lorsque je suis en hypoglycémie, ce qui veut dire que j’ai des mesures d’appoint lorsque mon diabète fait des siennes.

Pourquoi changer de carrière?

Comme je suis enseignante d’éducation physique avec des élèves ayant une déficience intellectuelle moyenne à sévère (autistes, trisomiques, etc.) et que plusieurs de ceux-ci ont un TGC (trouble grave du comportement), le risque d’agression est assez présent. Considérant tous ces facteurs, le projet de réorientation de carrière m’appelait. L’été dernier, j’ai pris le taureau par les cornes et je suis allée voir une conseillère en orientation à l’UQAM. J’ai assisté à cinq séances d’orientation, ce qui m’a permis de faire un choix éclairé concernant ma future nouvelle profession. En janvier prochain, je débute un diplôme de 2e cycle en adaptation scolaire et sociale à l’Université de Sherbrooke, à distance. Ce diplôme, une fois obtenu, me permettra de changer de champs d’enseignement et donc de pouvoir enseigner au régulier à des enfants en difficultés. C’est il y a 12 ans que je terminais mon baccalauréat d’intervention en activité physique, profil enseignement, à l’UQAM. Je vous avoue que le retour aux études, après toutes ces années, me fait peur, mais c’est un beau défi qui m’attend!

Est-ce que d’autres femmes parmi vous ont aussi fait un retour aux études après plusieurs années dans le même domaine?

 

Rédaction : Stéphanie Clerc

Mots clés: Mode de vie, Santé