Portrait d'ambassadrice : Julie Rochon, 40 ans, ricaneuse, passionnée par l'achat local et entrepreneure de coeur

En plus d'être la maman de Xavier, affectueusement surnomé monsieur-bobette, Julie est une entrepreneure du web. Elle offre ses services de consultation et de formation en visibilité Web et nous partage son quotidien via ses nombreuses stories Instagram.

Ce en quoi tu excelles?

Hum... faire rire les gens, ça compte? Je suis un petit clown à mes heures!

Ce que tu aimerais améliorer?

Prendre du temps pour moi sans me sentir mal.

Pour toi, qu'est-ce que la féminité?

La féminité, c'est assumer qui on est, peu importe notre allure, nos croyances et ce que les autres en pensent. J'ai beau être un peu plus du type "one of the boys", je ne me sens pas moins femme pour autant.

As-tu vécu une épreuve difficile qui t'a changé?

La plus grande épreuve de ma vie a définitivement été le décès de ma mère, en 2015. Heureusement, j'étais bien entourée. J'aurais pu me rouler en boule dans un coin, j'ai plutôt fait l'inverse. C'est ce qui m'a réveillé, m'a poussé à enfin prendre le contrôle de ma vie. J'ai quitté mon emploi, créé mon entreprise, fait du ménage dans mes amitiés. Bref, je suis (presque) repartie à neuf, beaucoup plus légère. La vie est courte, il ne faut pas attendre pour se créer la vie dont on a toujours rêvé.

Et qu'est-ce qui a changé dans ta vie depuis que tu es toi-même maman?

Tout! J'ai cessé de penser à moi en premier, ce qui a pour effet que je m'oublie fréquemment. Mais l'amour de mon fils a de quoi me faire déplacer des montagnes, autant au niveau personnel que professionnel. Je veux qu'il soit fier de sa maman et qu'il ait de bons exemples au niveau des valeurs.

Quel est ton rapport à ton image, à ton corps? Et comment as-tu trouvé la séance photo avec nous?

J'ai beau être un poids plume, comme tout le monde, j'ai de la difficulté avec mon corps. Et je me sens comme si je n'ai pas le droit de me "plaindre" de quoi que ce soit. Mon corps a évidemment changé après la grossesse, mais porter des vêtements qui me vont bien et qui ne sont pas trop serrés me fait sentir en confiance. J'accroche évidemment sur tous les petits détails qui me dérangent lorsque je regarde des photos de moi. J'aime choisir les photos qui seront publiées, celles sur lesquelles je me trouve "pas pire". Ne pas choisir quelles photos de moi seront publiées par Vêtements Mandala me demande du lâcher-prise au quotidien puisque je ne suis pas habituée de me voir en mode promotion de produits. Une chance que j'aime Vêtements Mandala haha!


COUPS DE COEUR



AILLEURS SUR LE WEB



Être ambassadrice Mandala, c'est avoir la joie de promouvoir l'achat local, la qualité du fait à la main, au Québec. C'est aussi montrer aux entrepreneures qu'on n’a pas à être habillé en pyjama toute la journée puisqu'on travaille principalement de la maison. En portant Vêtements Mandala, je me sens bien et je peux sortir rencontrer des clients en mou chic sans gêne!