Portrait d'ambassadrice :
Marie-Élaine Bélanger, 32 ans, infirmière bachelière

Ayant eu à gravir plusieurs montagnes, Marie-Élaine est une femme fonceuse, voyageuse. Elle a horreur du gaspillage (et du trafic, des olives, de la chicane), et elle s’intéresse au mode de vie zéro déchet. Sa priorité? Le confort ultime : tant dans son corps que dans sa tête; dans son cœur, dans ses relations et, bien sûr, dans ses vêtements! Lorsqu’on lui demande ce qui a fait d’elle la femme qu’elle est aujourd’hui, elle répond :

« Quand j’ai quitté Rimouski a 19 ans, pour moi, la vie était tracée d’avance. Le travail, l’auto, la maison, le mariage et les enfants. Mais c’est plutôt l’Himalaya qui s’est dressé devant moi. J’ai dû surmonter l’infertilité : ça m’a pris cinq ans avant d’enfin pouvoir tenir mon bébé dans mes bras. Pendant ces années, j’ai connu le désespoir, le doute, la tristesse, mais j’ai aussi découvert d’autres passions. J’ai commencé à m’ouvrir sur le monde par les voyages et par la faune aquatique. Maintenant, c’est avec mon petit garçon que je souhaite parcourir la planète à la découverte de ses trésors cachés.

Mais la vie n’allait pas me la laisser aussi facile! Lorsque mon bébé avait 7 mois et demi, j’ai eu un diagnostic de cancer du sein. C’était prévisible, dans mon cas, en raison d’une mutation génétique, mais j’espérais quand même pouvoir déjouer cette fatalité grâce à des chirurgies préventives. Malheureusement, j’ai eu droit au gros kit : chimio, chirurgie. J’ai donc dû composer avec de nombreux deuils dans ma vie de femme et de maman.

Aujourd’hui, 10 mois après la fin de mes traitements, je tente de retrouver la forme et la joie de vivre même si l’énergie n’est plus toujours au rendez-vous. Je vise une perte de poids afin de retrouver graduellement la taille que j’avais avant toutes ces épreuves. De plus, je prévois un voyage en Indonésie ce printemps avec mon mari, mon enfant ainsi que deux de mes meilleures amies. »

Nous lui souhaitons le plus merveilleux des voyages!